La mélodie d’un coeur qui bat/ L’art d’écouter les battements de coeur – jan-Philipp Sendker

La mélodie d’un coeur qui bat/ L’art d’écouter les battements de coeur – jan-Philipp Sendker

Quatre ans après la mystérieuse disparition de son père Tin Win, un avocat new-yorkais d'origine birmane, Julia découvre une lettre d'amour écrite par celui-ci à une certaine Mi Mi en Birmanie. La jeune femme en a l'intuition : c'est là-bas que se trouvent les réponses à ses questions. À peine arrivée, elle fait la connaissance d'U Ba, un homme étrange qui semble tout savoir de sa famille. Il va lui conter l'incroyable histoire d'amour de Tin Win et Mi Mi…

Mon avis :

Une histoire très touchante qui début aux USA, pour se terminer à Kalaw, un village Birman. L'histoire est très belle, très passionnante, avec une touche de fantastique.
Ce que j'ai trouvé le plus intéressant, c'est l'envie grandissante que ce roman a laissé en moi, d'aller visiter ce beau pays.

Note : 3.5/5
 

 

Jamais encore je n'avais entendu quelqu'un raconter ainsi une histoire. Les mots peuvent-ils avoir des ailes? Peuvent-ils scintiller dans l'air comme des papillons? Peuvent-ils nous emporter, captifs, dans un autre monde? Peuvent-ils ouvrir les ultimes chambres secrètes de nos âmes?

Cinq mille huit cent soixante-quatre jours se sont écoulés depuis la dernière fois où j’ai entendu ton cœur battre. Te rends-tu compte du nombre d’heures que cela représente ? Du nombre de minutes ? Imagines-tu la détresse d’un oiseau qui ne peut pas chanter, d’une fleur qui ne peut pas s'épanouir? Imagines-tu le malheur d'un poisson hors de l'eau?

Il a voulu me donner des explications mais, moi, je n’ai rien voulu entendre. C’est bizarre, Julia, mais un aveu, une révélation, ça n’a plus de valeur si ça vient au mauvais moment. Si c’est trop tôt, on se retrouve écrasé. On n’est pas prêt et on ne peut en apprécier l’intérêt. Si c’est trop tard, l’occasion est perdue. La méfiance et la déception sont déjà trop prégnantes ; la porte est désormais fermée.

Que savons-nous de nos parents, et que savent-ils de nous ? Et si nous ne connaissons même pas ceux qui nous accompagnent depuis notre naissance – et si eux ne nous connaissent pas non plus –, alors que pouvons-nous espérer savoir de tout un chacun ? Ne faut-il pas imaginer, dans cette perspective, que n’importe qui soit capable de n’importe quoi, même du crime le plus atroce ? De quoi, de qui, de quelles vérités en fin de compte dépendons-nous ? Existe-t-il des individus à qui faire inconditionnellement confiance ? Pareille personne existe-t-elle, d'ailleurs?

Publicités
Rodomont

Rodomont

Je débute une nouvelle section de ce blog : Les nouveaux mots.

Ces mots que je découvre au gré de mes lectures, que je cueille dans ces champs lexicaux, comme autant de fleurs des champs, aux intonations colorées. Ces mots que je ne connaissais pas et que je souhaite partager.

RODOMONT :

Étymologie :

(Date à préciser) De Rodomonte, nom italien d’un roi d’Alger courageux, fier et insolent, personnage créé par le Boiardo dans le Roland l'amoureux et repris par la suite dans le Roland furieux de L’Arioste.

Définition:

Personnage fanfaron et hautain, homme qui se vante de prétendus actes de bravoure.

Ma compréhension :

En gros : un mythomane.

 

Kotori, le chant du moineau – Samantha Bailly

Kotori, le chant du moineau – Samantha Bailly

Dans une lointaine contrée vit un vieillard nommé Yûjirô. Un jour de promenade dans la forêt, il découvre un moineau blessé. 

Bien décidé à le sauver, Yûjirô le ramène dans la maison qu’il partage avec son épouse afin de lui prodiguer tous les soins nécessaires. 

Il baptise le petit rescapé Kotori, et une très belle amitié se noue rapidement entre l’homme et l’oiseau. Néanmoins, possessive et jalouse, l’épouse de Yûjirô ne voit pas le nouvel arrivant d’un très bon oeil et chasse Kotori de chez elle.

Commence alors pour le vieil homme un long périple à la recherche du moineau, où il finira par découvrir la véritable nature de son petit compagnon, tandis que la cupidité de son épouse va être mise à rude épreuve…

Mon avis :

Une belle histoire pleine de sens sur les bénéfices qu'on retire d'une bonne action, ou au contraire d'une mauvaise action. Avec une fin agréable.

Les dessins sont magnifiques, la morale est superbe. Je suis conquise.

Note :4.75/5

 

Un matin, l'oiseau se remit à chanter: ses trilles délicats atteignirent le vieillard en plein coeur. Jamais il n'avait entendu une mélodie aussi pure.

Le sourire des femmes – Nicolas Barreau

Le sourire des femmes – Nicolas Barreau

Encore sous le coup du départ soudain de son compagnon, Aurélie remarque dans une librairie un roman intitulé Le sourire des femmes. La lecture passionnée de ce livre, où elle se reconnaît dans le personnage principal, la sauve du désespoir. Aussi décide-t-elle de remercier l'auteur en l'invitant au restaurant. Mais rencontrer l'écrivain par l'intermédiaire de son éditeur se révèle compliqué.

Mon avis :

Une écriture charmante, parfois agaçante à cause de ce bennet de André Chabanais qui est vraiment stupide à mon gout. Ce qui prouve que le roman est bien écriy. Sinon la lecture m'aurait laissé de marbre. Agacée aussi par le tempérament effrontée d'Aurélie qui pense qu'elle a tous les droits! Mais vraiment charmée par l'histoire en entier, et par sa fin en particulier. Belle lecture.

Note : 5/5
 

Mais les personnes qu’on aime meurent toujours trop tôt, quel que soit leur âge.

Le bleu foncé du ciel se déposait sur Paris, tel du velours.

« Le chagrin est un sol sur lequel il pleut et pleut encore, mais où rien ne pousse »

En matière d'affaires de coeur, il était absurde d'exiger une justice.

Quand l'amour a disparu,
De générosité, il n'y a plus.

La librairie de l’île – Gabrielle ZEVIN

La librairie de l’île – Gabrielle ZEVIN

A.J. Fikry a l’un des plus beaux métiers du monde : il est libraire. Un libraire misanthrope et bourru qui file un mauvais coton depuis le décès de Nic, son épouse. Peu importe, livre ou être humain, il est devenu bien difficile de trouver grâce à ses yeux. L’irrésistible petite Maya va pourtant fendre son armure. Sa maman souhaitait qu’elle grandisse au milieu des livres et l’a donc laissée dans les rayons de l’unique librairie d’Alice Island. C’est ainsi qu’A.J., faussement récalcitrant, se retrouve à pouponner ce chérubin aussi malicieux que despotique. Et dans le sillage de ce duo improbable, tout leur entourage va découvrir quer les aventures étonnantes, épatantes et émouvantes n’arrivent pas que dans les livres. ​​​​​​​

Mon avis :

Quelques années de la vie d’A.J. Fikry se déroulent tout au long des pages de ce court roman. On assiste à quelques épisodes de cette vie, sans trop savoir comment se déroule l’existence de ce libraire.

L’histoire est jolie, mais un peu fade, et sans ce sentiment d’amour, qu’aurait dû ressentir le libraire face à Maya ou Amy.

Les déclarations, les grands évènements se déroulent sous electrocardiogramme plat.

Bref, une bonne lecture, mais pas assez de sentiments.

Note : 2.5/5

Pars avec lui – Agnès Ledig

Pars avec lui – Agnès Ledig

Résumé

Il y a Roméo, pompier professionnel qui chute très gravement en sauvant la vie d'un enfant. Il y a Juliette, l'infirmière du service de réa où il va tenter de recoller les mille morceaux de son corps et de son coeur. Ils souffrent tous les deux. Roméo de ne plus pouvoir s'occuper de Vanessa, sa petite soeur adolescente, rebelle et fragile. Juliette, d'éprouver des difficultés à concevoir un enfant, dont le désir est plus fort que tout, malgré un compagnon humiliant et violent.

Il y a aussi Guillaume, un collègue infirmier en quête d'équilibre. Et puis Malou, la grand-mère de Juliette, qui, à quatre vingt- quatre ans, ne croit plus au hasard depuis bien longtemps. Cette rencontre accidentelle pourrait bien bouleverser le destin de tous ces personnages dont les chemins se croisent et s'éloignent sans jamais se perdre. Puisque c'est d'amour dont il s'agit. Une histoire de vie où des personnages d'une extrême vérité cherchent à se délivrer d'un passé douloureux, trouvent dans le présent et les liens humains les remèdes aux peines de l'existence, et nous enseignent qu'être heureux, c'est regarder où l'on va, et non d'où l'on vient.

Mon avis

Une histoire poignante que celle de Juliette qui est en proie aux mains d’un pervers narcissique violent, sans respect pour sa compagne.

Que dire de Roméo, à l’enfance compliquée, de son amour pour sa petite sœur, pour son  métier de pompier, et de son terrible accident lors d’une intervention.

Que dire de cette rencontre qu’on qualifierait de logique entre Roméo et Juliette.

Une très belle histoire prenante, avec toutefois quelques bémols :

  • Malou qui ne confie pas ses secrets de Paris-Brest à Juliette, ce qui aurait pu lui épargner quelques soucis
  • Juliette qui ne porte pas plainte contre Laurent, message qui aujourd’hui ne me semble pas sonner de façon adéquate.

Je suis tout de même contente de l’avoir lue.

Note :  4.25/5

Nous sommes la somme de nos choix, mais aussi de nos non-choix. Il faut assumer, et les regrets ne changent pas le passé. Par contre, ils ternissent le présent

Nos souvenirs sont des fragments de rêves de Kjell Westö

Nos souvenirs sont des fragments de rêves de Kjell Westö

Quels secrets cache la famille Rabell ? Puissante dynastie d’Helsinki, dans les années 1960, elle vit presque recluse dans son domaine en bord de mer. Seul le héros, adolescent, se lie avec les enfants Stella et Alex. Tout les sépare, mais dans la fougue de leur jeunesse, ils feront les quatre cent coups. Mais la passion amoureuse s’en mêle, et met en péril le clan Rabell…
Porté sur quatre décennies par un souffle irrésistible, ce sixième roman de Kjell Westö est celui d’un amour destructeur, d’un éveil au monde, et le portrait sensible d’une génération si semblable à la nôtre.
Au sommet de son écriture, Kjell Westö nous offre l’égal scandinave de l’inoubliable Bienvenue au club de Jonathan Coe.

Mon avis :

Merci aux éditions Autrement ainsi qu'au site Babelio de m'avoir offert ce roman qui m'a fait découvrir Kjell Westö.
Roman facile à lire, fluide, plaisant et prenant, il retrace entre 50 et 60 ans de relations entre le narrateur et un groupe de personnes qui se connaissent depuis l'école primaire.
Entre amitié, amours, relation frictionnelles, conflictuelles, l'auteur nous fait partager tous les maux de la jeunesse, qui s'ils ne sont pas guéris, persistent jusqu'à un âge avancé.
Il a parsemé ce roman de descriptions de paysage finlandais, de scènes de vie à Helsinki. Tout ça sur un fond musical de George Harrison ou David Bowie.

Belle découverte.

Note : 3/5

Comme la bruine tombait déjà, je n'ai pu contempler le ciel lorsqu'il s'enflamme lentement de cette tonalité jaune soufre au début et au plus fort de l'été finlandais; fin août, à l'approche de l'automne si précoce sous nos latitudes, la nuit tombe rapidement et se transforme en un sac de velours noir.